Alpha Ventus

Une première mondiale en haute mer

Le début d’une nouvelle ère pour l’énergie éolienne

C’est à 45 kilomètres environ au nord de l’île de Borkum qu’a été construit le premier parc allemand d’éoliennes offshore « alpha ventus », ancré jusqu’à 30 mètres de fond. D’une capacité de cinq mégawatts chacune, les douze turbines de ce parc approvisionneront en électricité environ 50 000 personnes. Il est prévu d’installer d’ici à 2020 jusqu’à 25 000 mégawatts.

Fondations du poste de transformation.

Les fondations du poste de transformation de l’alpha ventus sont constituées de pieux en acier tubulaire d’environ 40 m de long et pesant chacun jusqu’à 110 tonnes. L’association d’engins de vibration et de fonçage a permis de remplir ici plusieurs conditions à la fois.

Après avoir été détaché de l’outil de transport, le vibrateur a été monté directement sur les pieux tubulaires, ce qui a permis de les maintenir et de les positionner. L’application de force est assurée par des plaques de répartition de charge avec deux pinces de serrage, ce qui dispense d’utiliser un dispositif de guidage complexe ainsi qu’un outil pour suspendre les pieux. Cela permet en outre d’économiser de l’espace sur une plateforme d’installation exiguë. Grâce au vibrateur monté sur le pieu, on peut facilement planter celui-ci à la verticale, ce qui optimise le temps de mise en place tout en offrant une rentabilité maximale.

Fondations des turbines.

Avec quelque 1 000 tonnes d’acier, le poids d’une turbine équivaut à celui de 200 éléphants adultes ou 22 wagons de chemin de fer. La turbine capte le vent sur une surface qui correspond environ à celle d’un terrain de football et demi. À vitesse maximale, les extrémités des pales « découpent » le vent à près de 320 kilomètres par heure.

On comprend aisément que l’un des principaux défis de ce projet a été l’ancrage des installations dans le sous-sol marin. Après l’installation du poste de transformation, 6 éoliennes ont été montées sur des trépieds, pour lesquels on a ancré dans le sous-sol marin des structures en treillis au moyen de pieux en acier. Pour chaque trépied, trois pieux de 130 à 160 tonnes chacun ont été ainsi plantés.

Les dimensions sont titanesques : les moyeux de turbines s’élèvent à 90 mètres au-dessus du niveau de la mer, auxquels il faut ajouter encore 30 mètres sous l’eau. Rotor inclus, chaque éolienne atteint environ 155 mètres de haut, soit juste un peu moins que la cathédrale de Cologne.

Faits & chiffres

Maîtrise d’ouvrage EWE, E.ON, Vattenfall
Étude d’exécution DOTI GmbH
Maître d’œuvre Multibrid GmbH
EnginMS-200 HHF
Force centrifuge 4 000 kN, moment d’inertie 190 kgm avec moment réglable par incréments
Matériel implanté par fonçage diamètre 2 650 m, profondeur env. 10 m au moyen de vibration, atteinte de la profondeur cible

Faits & chiffres

Maîtrise d’ouvrage EWE, E.ON, Vattenfall
Étude d’exécution DOTI GmbH
Maître d’œuvre Multibrid GmbH
EnginMS-200 HHF
Force centrifuge 4 000 kN, moment d’inertie 190 kgm avec moment réglable par incréments
Matériel implanté par fonçage diamètre 2 650 m, profondeur env. 10 m au moyen de vibration, atteinte de la profondeur cible